Les habitants de l’agglomération nantaise dénoncent la désinformation organisée par les zadistes et les opposants au transfert

Aéroport de Nantes Atlantique : les habitants de l’agglomération nantaise dénoncent la désinformation organisée par les zadistes et les opposants au transfert.

Au moment où les « zadistes », qui occupent illégalement le site du projet d’aéroport, communiquent sur la possibilité d’en faire le lieu d’un développement solidaire « idyllique » s’exonérant de toutes les règles juridiques et économiques de notre pays et où les opposants au projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique poursuivent leur opération de désinformation en cherchant à faire croire que l’activité aéroportuaire pourrait se poursuivre sur le site actuel avec une aérogare reconfigurée, l’ACSAN réaffirme avec force son soutien au transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes..

Pour l’ACSAN, toute hypothèse de maintien en service de Nantes Atlantique, en contradiction avec la déclaration d’utilité publique de son transfert, ne saurait cacher un fait incontournable : la piste de Nantes Atlantique impose pour les avions le survol du lac de Grand Lieu et du cœur de l’agglomération nantaise.

Non, les habitants de Nantes, de Rezé, de Bouguenais et de Saint-Aignan de Grand Lieu ne peuvent accepter de subir un nombre croissant de passages d’avions au-dessus de leur tête.

Le trafic prévu en 2030 de 6 millions de passagers impliquerait près de 70.000 mouvements d’avions commerciaux, soit un survol à basse altitude de l’ordre de 100 avions en moyenne par jour.

Compte-tenu de cette évolution, ce serait l’arrêt du développement de communes ou secteurs comme St-Aignan de Grand Lieu, Bouguenais-les-Couëts, Trentemoult ou l’Ile de Nantes si l’activité était maintenue sur le site de Bouguenais.

Le transfert est la seule réponse cohérente, attendue par les habitants de l’agglomération nantaise qui subissent depuis trop longtemps les nuisances sonores liées au survol en basse altitude de notre ville et les risques de crash d’un avion de ligne, qui sont plus importants au décollage et à l’atterrissage.

La décision à venir du tribunal administratif sur le volet environnemental du projet devrait mettre un terme aux doutes que font planer les opposants sur la légalité de ce projet de transfert, et enfin permettre à l’Etat de lancer les travaux du transfert, en faisant appliquer les règles de l’Etat de droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *