Transfert de l’aéroport Nantes Atlantique : nécessité réaffirmée Condamnation des exactions commises contre les entreprises

Communiqué de presse

Nantes, le 27 novembre 2013

Transfert de l’aéroport Nantes Atlantique : nécessité réaffirmée Condamnation des exactions commises contre les entreprises

Les études et analyses complémentaires, souhaitées par la commission de dialogue et menées avec rigueur par les experts des services de l’état, confortent la nécessité du transfert de Nantes Atlantique. Nous notons avec satisfaction que les opposants présents reconnaissent les évolutions technologiques des avions qui permettent d’avoir une approche positive de ce mode de transport et lui donnent un réel avenir. Il leur reste à convaincre les opposants les plus virulents sur Notre Dame des Landes.

Nous dénonçons et condamnons l’occupation illégale de terrains, les destructions matérielles, les pressions et menaces que subissent les entreprises concernées ainsi que les habitants du secteur et bien au-delà.

Nous sommes scandalisés par la mise en cause systématique des services de l’Etat dont il faut saluer la probité et le professionnalisme de ses experts qui participent à des groupes de travail à l’échelon européen.

Comment accepter et comprendre l’attitude des opposants qui, selon leur intérêt, estime que les coûts sont sous évalués pour l’aéroport du grand ouest et surévalués pour l’aménagement de Nantes Atlantique, quand on sait que la méthode et les niveaux d’exigence ont été identiques dans les études menées.

Comment accepter que certains opposants exigent un respect scrupuleux de la loi dans certains cas (déclaration de José Bové et de ses amis sur l’écotaxe) et condamnent cette même légalité pour l‘aéroport du grand Ouest. Les longues procédures démocratiques, les recours rejetés et la saisine des instances européennes confirment le bienfondé de ce transfert.

Les enjeux de ce transfert, attendus par les habitants de l’agglomération nantaise depuis de très nombreuses années, se situent non seulement au niveau de la diminution des nuisances sonores mais également de la lutte contre l’étalement urbain.

Dans une période où la question de l’emploi est essentielle, l’aéroport du Grand Ouest est un formidable outil pour l’avenir de notre agglomération et du Grand Ouest.

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN

Nécessité du transfert réaffirmée, incohérences des opposants et condamnation des saccages d’entreprises

Communiqué de presse

Nantes, le 27 novembre 2013

Nécessité du transfert réaffirmée, incohérences des opposants et condamnation des saccages d’entreprises

Les études et analyses complémentaires souhaitées par la commission de dialogue et menées avec rigueur, par les experts des services de l’état

Les opposants minimisent les nuisances sonores subies par les habitants de l’agglomération nantaise et en particulier ceux situés dans la zone du plan d’exposition au bruit.

Les opposants campent sur des positions de principe, demandent des études complémentaires pour évaluer les nuisances sonores et l’aménagement de l’aéroport actuel mais refusent de participer au groupe de travail mis en place, à cet effet, par le Préfet. Ces mêmes opposants lancent continuellement des propositions mais ne souhaitent pas en connaître les coûts financiers et humains.

Comment accepter une telle incohérence ?

Les enjeux de ce transfert, attendus par les habitants de l’agglomération depuis de très nombreuses années, se situent non seulement au niveau de la diminution des nuisances sonores mais également de la lutte contre l’étalement urbain, dévoreur d’espace, gourmand en réseaux et en transports, consommateur de temps et émetteur de gaz à effet de serre.

Dans une période où le développement de l’emploi reste une préoccupation prioritaire, l’enjeu économique de ce transfert pour créer l’aéroport du Grand Ouest est une opportunité qu’il ne faut pas retarder.

Les recours successifs et la saisine de la commission européenne ont confirmé le bienfondé de ce projet.

L’aéroport du Grand Ouest est un formidable outil pour l’avenir de notre agglomération et de tout l’Ouest.

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN

La DGAC souligne la nécessité du transfert de l’aéroport

Communiqué de presse

Nantes, le 29 octobre 2013

La DGAC souligne la nécessité du transfert de l’aéroport

La Direction Générale de la Sécurité de l’Aviation Civile vient à nouveau de confirmer ce que nous dénonçons depuis plusieurs années, à savoir l’augmentation importante des nuisances sonores, pour les habitants de l’agglomération nantaise, liée à l’évolution du trafic aérien. 90000 personnes seront situées dans la zone particulièrement sensible de l’exposition au bruit dans les années à venir.

Les opposants campent sur des positions de principe, demandent des études complémentaires pour évaluer les nuisances sonores et l’aménagement de l’aéroport actuel mais refusent de participer au groupe de travail mis en place, à cet effet, par le Préfet. Ces mêmes opposants lancent continuellement des propositions mais ne souhaitent pas en connaître les coûts financiers et humains.

Comment accepter une telle incohérence ?

Les enjeux de ce transfert, attendus par les habitants de l’agglomération depuis de très nombreuses années, se situent non seulement au niveau de la diminution des nuisances sonores mais également de la lutte contre l’étalement urbain, dévoreur d’espace, gourmand en réseaux et en transports, consommateur de temps et émetteur de gaz à effet de serre.

Dans une période où le développement de l’emploi reste une préoccupation prioritaire, l’enjeu économique de ce transfert pour créer l’aéroport du Grand Ouest est une opportunité qu’il ne faut pas retarder.

Les recours successifs et la saisine de la commission européenne ont confirmé le bienfondé de ce projet.

L’aéroport du Grand Ouest est un formidable outil pour l’avenir de notre agglomération et de tout l’Ouest.

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN