Engagement des travaux de l’aéroport du Grand Ouest dès 2016, le Premier Ministre confirme les engagements de l’Etat

Engagement des travaux de l’aéroport du Grand Ouest dès 2016,

le Premier Ministre confirme les engagements de l’Etat

L’ACSAN se réjouit des propos tenus par le Premier Ministre et prend acte de la procédure d’appel d’offres engagée pour reprendre les travaux à Notre Dame des Landes.

C’est l’aboutissement de plus de 13 années de concertation, d’études, de débats, de participation, d’améliorations qui ont conduit à ce projet exemplaire. Le dialogue et la concertation ont été au cœur de la conduite de ce projet par l’Etat : débat public en 2003, enquête publique en 2006 qui aboutit à la déclaration d’utilité publique en février 2008, utilité publique confirmée par le conseil d’état. Cette volonté de discuter avec les opposants se concrétise ensuite par l’instauration d’une commission de dialogue en 2013 qui auditionne l’ensemble des parties et confirme l’intérêt de ce transfert en donnant quelques préconisations que les porteurs du projet se sont engagés à respecter. Cette écoute des opposants a ensuite été réaffirmée par la mise en place d’un groupe de travail pour examiner les hypothèses de réaménagement de l’aéroport Nantes-Atlantique. L’expertise par la Direction Générale de l’Aviation Civile montre que le coût de ces aménagements et la perte d’exploitation ne permettent aucun gain , bien au contraire, et surtout cela ne règle pas le problème des populations qui subissent les nuisances sonores et environnementales. Le rejet des 17 recours en juillet 2015 confirme la légalité de cette opération par le Tribunal Administratif.

Alors que penser des déclarations de quelques opposants, dont des élus, qui en réaction aux consultations d’entreprises par l’Etat, invoquent le « déni de démocratie », « le passage en force » les risques d’explosion en se référant au drame de Sivens…

« Le soi disant « passage en force » exacerbé par les opposants, constitue en fait leur quotidien depuis des années. Procédures dilatoires, intimidations, voies de fait…, qui ne font que retarder la délivrance de plus de 40.000 habitants de l’agglomération nantaise, des nuisances et des risques qui sont le corollaire à l’existence de l’aéroport de Nantes-Atlantique. L’ACSAN sera attentive à ce que l’engagement de l’État soit respecté et que la liberté des entreprises chargées des travaux soit assurée. »

La Passion peut malheureusement évincer la Raison !

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN

Condamnation sans réserve des exactions des « zadistes »

Condamnation sans réserve des exactions des « zadistes » et évacuation de la zone conformément aux récents propos du Premier Ministre

L’ACSAN, comme tout organisme soucieux du respect de l’Etat de droit, condamne une fois de plus les exactions récentes commises par les « zadistes » et apporte son soutien à la population locale qui subit cette situation depuis trop longtemps.

L’ACSAN se félicite des propos du Premier Ministre tenus ce jour lors des questions réponses au Sénat. Manuel Valls a rappelé que la décision du tribunal administratif de rejeter les recours contre les arrêtés préfectoraux était d’application immédiate, que le projet se poursuit normalement et que dans un souci d’exemplarité écologique les concertations continuent. Il a réaffirmé la volonté du gouvernement d’évacuer la zone illégalement occupée, en respectant pour cela les procédures légales et a rappelé que plus de 42000 personnes subissent des nuisances liées au survol de l’agglomération nantaise.

Cette évacuation est indispensable pour engager les travaux du transfert de Nantes-Atlantique sur le site de Notre-Dame-des-Landes

Ce transfert, attendu par les habitants de l’agglomération depuis de très nombreuses années, est la seule solution pour garantir leur sécurité, permettre la diminution des nuisances sonores et environnementales et favoriser la lutte contre l’étalement urbain, dévoreur d’espace, gourmand en réseaux et en transports, consommateur de temps et émetteur de gaz à effet de serre.

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN

Stop à la désinformation et aux manipulations sur la réalité des nuisances sonores et environnementales

Stop à la désinformation et aux manipulations

sur la réalité des nuisances sonores et environnementales

Pour l’ACSAN, « l’atelier citoyen », soit disant « association indépendante » alors que ses travaux bénéficient du soutien actif de l’ACIPA et du CéDpa, poursuit inlassablement sa lutte forcenée contre le transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique sur le site de Notre Dame des Landes, à travers son action dogmatique de désinformation sur le bruit et les trajectoires des avions sur l’agglomération nantaise et de dénigrement systématique de l’expertise des services de l’Etat, notamment celle de la DGAC, pourtant internationalement reconnue« .

La lecture des rapports de cette soi-disant expertise citoyenne met en évidence des erreurs grossières d’interprétation des données transmises de manière transparente par l’Etat et une manipulation des études prospectives de la DGAC, afin de nourrir des conclusions écrites à l’avance.

Alors que près de 45000 personnes subissent actuellement les nuisances sonores liées au survol de l’agglomération, les opposants au transfert de l’aéroport trouvent normal que les 5000 très fortement impactées aujourd’hui puissent être multipliées par 3 à terme, alors même que le transfert a été déclaré d’utilité publique en privilégiant justement la limitation du survol des habitations.

Il n’est évidemment pas admissible que l’évolution inéluctable et incontestable des trafics sur Nantes Atlantique (cf. les records de cet été 2015 bien au-dessus des prévisions) condamne les habitants de Saint-Aignan-de Grand-Lieu et de Bouguenais-lesCouëts à subir des nuisances sans cesse croissantes, alors que le transfert de l’aéroport est maintenant entériné suite à des années d’études par des spécialistes, de nombreuses procédures de concertation et d’enquêtes publiques, et plus de 150 décisions de justice.

Il n’est pas non plus imaginable que le centre historique de Nantes, partie la plus densément peuplée de l’agglomération, soit survolé quotidiennement par plus de 200 avions en période de pointe.

L’hypothétique révision du Plan d’Exposition au Bruit (PEB) des aéronefs sur Nantes Atlantique impacterait automatiquement de nouvelles zones déjà urbanisées. Cela concernerait plus de
80 000 personnes en zone D et plus de 15000 habitants en zone C de nuisances sonores fortes. Il convient d’y ajouter les nuisances environnementales notamment pour le lac de Grand-Lieu classé en zone Natura 2000.

Les contraintes d’urbanisme pour l’agglomération nantaise, déjà importantes avec plus de 350ha sur lesquels l’habitat collectif ne peut être implanté, seraient encore plus fortes et amèneraient à renvoyer de nombreux habitants à des dizaines de kilomètres de l’agglomération.

 » N’en déplaise aux donneurs de leçons de l’atelier citoyen, leurs hypothèses irréalistes sont totalement inacceptables pour les habitants de l’agglomération nantaise. Le maintien de Nantes-Atlantique n’est pas une alternative crédible. Seul l’engagement des travaux pour le transfert de Nantes-Atlantique sur le site de Notre-Dame-des-Landes permettra d’assurer la sécurité ainsi que la fin des nuisances sonores et environnementales pour des dizaines de milliers d’habitants de l’agglomération nantaise ».

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN

Commentaires sur les rapports de l’atelier citoyen

Oui, l’augmentation prévisible des trafics passagers, que ne conteste plus l’atelier citoyen, se traduira mécaniquement par une augmentation des mouvements d’avions

L’hypothèse prudente présentée par la DGAC correspond tout à fait au principe de précaution à privilégier dans un document réglementaire tel que le PEB.

L’hypothèse de l’atelier citoyen d’un emport moyen des avions à Nantes comparable à celui de Lyon et Marseille constitue une approximation plus qu’optimiste ne tenant aucun compte des compositions respectives des trafics de ces villes.

De même, affirmer que la modernisation des avions à l’horizon 2030 n’est pas prise en compte par la DGAC constitue au moins une erreur de lecture et au pire une manipulation grossière.

Comme indiqué par l’expert national, les bruits émis au décollage se réduiront probablement, au bénéfice des espaces situés sous les trajectoires correspondantes.

Par contre les bruits des avions à l’atterrissage, essentiellement aérodynamiques, devraient augmenter avec l’évolution du trafic, allongeant d’autant les zones de bruit du PEB dans l’axe de la piste, vers Saint-Aignan et le centre de Nantes.

Le rééquilibrage des atterrissages par le sud-ouest et par le nord-est (actuellement 60%/40%) sera comme l’indique la DGAC inéluctable avec l’évolution des trafics et la probable limitation des atterrissages dos au vent.

Mais on comprend bien que toutes ces logiques gênent l’atelier citoyen puisque cela augmente d’autant les survols des zones les plus peuplées du centre de l’agglomération !

Et que penser de la tentative d’expliquer que l’on pourrait améliorer les trajectoires :

. la descente en continu à 3,1% est déjà en service, contrairement au schéma présenté par l’atelier, et une augmentation de la pente augmenterait les bruits aérodynamiques par la nécessité d’une traînée supérieure,

. et la mise en place d’un ILS en approche 21 (au-dessus de Nantes), jugée inutile dans le rapport « Bruit » et indispensable dans le rapport « Trajectoire », est effectivement considérée par la DGAC comme devant s’imposer à terme, et poserait dès lors la question du survol de l’hyper centre de Nantes que la procédure dérogatoire actuelle s’efforce d’éviter.

La maîtrise des nuisances sonores constitue un enjeu essentiel pour les habitants

Les trafics actuels de Nantes Atlantique impactent plus de 45000 habitants (zone D) dont plus de 5000 (zone C – lden supérieur à 55).

Le maintien de Nantes Atlantique entraînerait le doublement de ce dernier chiffre, voire le triplement en cas de redressement des trajectoires au-dessus de l’hyper centre de Nantes.

Est-il besoin de rappeler que moins de 600 habitants seraient impactés à très long terme (9M de passagers) sur le site de Notre Dame des Landes !

Rejet des 17 recours déposés sur le volet environnemental du dossier de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique

L’ACSAN se réjouit de la décision prise aujourd’hui par le Tribunal Administratif, conduisant au rejet des 17 recours déposés sur le volet environnemental du dossier de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique ; ces jugements, qui portent clairement sur le fond du dossier, confirment la légalité et le bien-fondé de cette opération.

Cela devrait amener ceux qui doutaient encore à clarifier leur position.

Cette décision devrait mettre un terme aux innombrables recours mis en œuvre par les opposants, depuis la déclaration d’utilité publique de 2008, pour retarder le lancement des travaux de construction de l’Aéroport du Grand Ouest ; depuis plus de 7 ans, tous ces recours ont été rejetés.

Cette décision doit conduire l’Etat, maître d’ouvrage, soucieux du respect des procédures démocratiques, à commencer les travaux de l’Aéroport du Grand Ouest dans des délais raisonnables, puisque plus rien ne s’oppose désormais à cet engagement.

Cela va enfin permettre de donner la seule réponse cohérente, attendue par les habitants de l’agglomération nantaise qui subissent depuis trop longtemps les nuisances sonores et environnementales liées au survol en basse altitude de notre ville. Le maintien en activité de Nantes-Atlantique, que certains opposants osent encore fallacieusement présenter comme une alternative crédible, est inacceptable pour les 45.000 habitants de l’agglomération impactés par la zone D du Plan d’Exposition au Bruit (80.000 le seraient à plus long terme). Le récent crash d’un avion indonésien à Medan, nous rappelle les risques de décollage ou d’atterrissage au-dessus d’une agglomération. N’attendons pas un tel drame pour procéder à ce transfert. La mobilisation des habitants de l’agglomération pour la bonne fin de cette opération ne faiblira pas.

La mise en service de l’Aéroport du Grand Ouest à l’horizon 2020, pour y transférer l’activité aéronautique de Nantes-Atlantique, est une nécessité, pour à la fois donner à nos régions une structure garantissant sur le long terme leur accès à l’Europe, mais aussi pour favoriser leur développement économique et un développement urbain cohérent et respectueux de l’environnement de l’agglomération nantaise.

Le rapporteur public vient confirmer la cohérence avec la loi, sur le plan environnemental, du projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes

L’ACSAN note avec satisfaction la position du rapporteur public qui vient confirmer la cohérence avec la loi, sur le plan environnemental, du projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes. Ce n’est pas pour nous une surprise puisque les concepteurs de ce projet de transfert, que nous soutenons, ont été particulièrement attentifs à mettre en œuvre dans ce domaine des mesures compensatoires bien supérieures à celles qui ont pu exister auparavant.

Nous attendons avec confiance la décision du tribunal administratif qui permettra de lever les derniers recours et ainsi d’engager le début des travaux pour enfin libérer le ciel de l’agglomération nantaise des survols, sources de nuisances sonores et de risque pour la population.

Dominique Boschet

Président de l’ACSAN

Les habitants de l’agglomération nantaise dénoncent la désinformation organisée par les zadistes et les opposants au transfert

Aéroport de Nantes Atlantique : les habitants de l’agglomération nantaise dénoncent la désinformation organisée par les zadistes et les opposants au transfert.

Au moment où les « zadistes », qui occupent illégalement le site du projet d’aéroport, communiquent sur la possibilité d’en faire le lieu d’un développement solidaire « idyllique » s’exonérant de toutes les règles juridiques et économiques de notre pays et où les opposants au projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique poursuivent leur opération de désinformation en cherchant à faire croire que l’activité aéroportuaire pourrait se poursuivre sur le site actuel avec une aérogare reconfigurée, l’ACSAN réaffirme avec force son soutien au transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes..

Pour l’ACSAN, toute hypothèse de maintien en service de Nantes Atlantique, en contradiction avec la déclaration d’utilité publique de son transfert, ne saurait cacher un fait incontournable : la piste de Nantes Atlantique impose pour les avions le survol du lac de Grand Lieu et du cœur de l’agglomération nantaise.

Non, les habitants de Nantes, de Rezé, de Bouguenais et de Saint-Aignan de Grand Lieu ne peuvent accepter de subir un nombre croissant de passages d’avions au-dessus de leur tête.

Le trafic prévu en 2030 de 6 millions de passagers impliquerait près de 70.000 mouvements d’avions commerciaux, soit un survol à basse altitude de l’ordre de 100 avions en moyenne par jour.

Compte-tenu de cette évolution, ce serait l’arrêt du développement de communes ou secteurs comme St-Aignan de Grand Lieu, Bouguenais-les-Couëts, Trentemoult ou l’Ile de Nantes si l’activité était maintenue sur le site de Bouguenais.

Le transfert est la seule réponse cohérente, attendue par les habitants de l’agglomération nantaise qui subissent depuis trop longtemps les nuisances sonores liées au survol en basse altitude de notre ville et les risques de crash d’un avion de ligne, qui sont plus importants au décollage et à l’atterrissage.

La décision à venir du tribunal administratif sur le volet environnemental du projet devrait mettre un terme aux doutes que font planer les opposants sur la légalité de ce projet de transfert, et enfin permettre à l’Etat de lancer les travaux du transfert, en faisant appliquer les règles de l’Etat de droit.

La décision du tribunal administratif devrait mettre un terme aux doutes que font planer les opposants à ce transfert

L’ACSAN souhaite ici réaffirmer avec force son soutien au transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique à Notre Dame des Landes. La décision à venir du tribunal administratif devrait mettre un terme aux doutes que font planer les opposants à ce transfert sur le bienfondé du projet et le respect de la Loi sur l’Eau et le transfert des Espèces naturelles protégées.

Une fois de plus, l’opposition hétéroclite au projet de transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique vers Notre Dame des Landes a montré la semaine dernière ses contradictions.

Les « zadistes », groupe incontrôlable installé illégalement sur le site de la future plateforme, ont agressé des scientifiques et démontré, comme cela a été si bien présenté dans la récente « enquête exclusive » de M6 (« Ecolos, extrémistes ou marginaux : qui sont ces « zadistes » qui défient l’Etat ? »), qu’ils ne savent que saccager, menacer et profiter d’un système qu’ils condamnent.

Pour ceux qui en doutent, cette enquête est accessible en replay. C’est édifiant !

Nous en avons assez de payer pour leurs dégradations et tout récemment encore celles du Palais de Justice.

Que proposent les opposants soi-disant respectueux du droit national ? Maintenir l’activité aéroportuaire sur Nantes Atlantique en contestant les expertises du seul expert national compétent, la Direction Générale de l’aviation civile.

Quels sont leurs arguments ?

Un trafic passager trop optimiste. Il est de 4,15 millions de passagers en 2014, bien supérieur aux hypothèses les plus optimistes du dossier de DUP qui prévoyaient 4 millions de passagers en 2017 !

Maintenant, c’est le nombre d’avions qui est contesté, alors que l’emport moyen de 100 passagers par avion, correspond au chiffre constaté sur la quasi-totalité des métropoles régionales européennes du même type.

Pour l’ACSAN, toute hypothèse de maintien en service de Nantes Atlantique, en contradiction avec la déclaration d’utilité publique de son transfert, ne saurait cacher un fait incontournable : la piste de Nantes Atlantique impose pour les avions le survol du lac de Grand Lieu et du cœur de l’agglomération nantaise.

Non, les habitants de l’agglomération nantaise ne peuvent accepter de subir un nombre croissant de passages d’avions au-dessus de leurs quartiers, le trafic prévu en 2030 de 6 millions de passagers avec près de 70.000 mouvements d’avions, soit l’atterrissage à basse altitude de plus de 100 avions en moyenne par jour. Compte-tenu de cette évolution, ce serait l’arrêt du développement de communes ou secteurs comme Saint-Aignan de Grand Lieu, Bouguenais-les-Couets, Trentemoult ou l’Ile de Nantes si la piste était maintenue à Bouguenais.

Le transfert est la seule réponse cohérente, attendue par les habitants de l’agglomération nantaise qui subissent depuis trop longtemps les nuisances sonores liées au survol en basse altitude de notre ville et les risques de crash d’un avion de ligne, qui sont plus importants au décollage et à l’atterrissage.

La mise en œuvre de ce projet est donc incontournable dans l’intérêt des habitants de l’agglomération, tant du point de vue de la qualité de vie que d’un développement urbain cohérent et harmonieux.

Le Tribunal Administratif confirme le bienfondé du projet de transfert de l’aéroport de Nantes dans le respect de la Loi sur l’Eau et les Espèces naturelles

L’ACSAN se réjouit de la décision prise aujourd’hui par le Tribunal Administratif qui confirme le bienfondé du projet de transfert de l’aéroport de Nantes dans le respect de la Loi sur l’Eau et les Espèces naturelles. Cette décision va désormais permettre à l’Etat, maître d’œuvre soucieux du respect des procédures démocratiques, d’engager les travaux de l’Aéroport du Grand Ouest.

Cette décision met un terme aux remises en cause, depuis plus de 7 ans par les opposants, de la légalité de ce projet. Faut-il rappeler que ce projet, déclaré d’utilité publique en 2008, a subi de nombreux recours, pour retarder le début des travaux, tous rejetés sans exception.

Cela va enfin permettre de donner la seule réponse cohérente, attendue par les habitants de l’agglomération nantaise qui subissent depuis trop longtemps les nuisances sonores liées au survol en basse altitude de notre ville et les risques de crash d’un avion de ligne, qui sont plus importants au décollage et à l’atterrissage.

Le succès de ce mode de transport qui a largement dépassé les prévisions (4,15 millions de passagers en 2014, +57% depuis 2009) conduit à une augmentation du nombre de survols, malgré un emport qui a évolué, et donc des nuisances sonores, objectivement traduites dans le Plan d’Exposition au Bruit qui touche près de 42000 personnes.

Compte-tenu de cette évolution, ce serait l’arrêt du développement de communes ou secteurs comme St Aignan de Grand Lieu, Bouguenais-les-Couets, Rezé les Isles ou l’Ile de Nantes si la piste était maintenue à Bouguenais.

La mise en œuvre de ce projet est donc incontournable dans l’intérêt des habitants de l’agglomération, tant du point de vue de la qualité de vie que d’un développement urbain cohérent et harmonieux.

C’est également une nécessité plus largement pour le grand ouest pour à la fois lui donner une structure permettant de rompre avec l’isolement de notre région en Europe mais aussi pour favoriser son développement économique.

RAS LE BOL DES CASSEURS

Communiqué de presse

Nantes, le 28 octobre 2014

RAS LE BOL DES CASSEURS

A l’occasion d’une manifestation respectable en raison de la mort très regrettable d’un jeune manifestant à Sivens dans le Tarn, les enragés de la ZAD ont à nouveau frappé et cassé dans le centre ville de Nantes.

Ces casseurs masqués qui occupent illégalement le site du futur aéroport n’ont aucune inquiétude. Leur argument c’est la violence et le saccage.

QUI subit les conséquences de leurs actes irresponsables : les nantaises et les nantais et plus généralement les habitants de l’agglomération nantaise. Nous les subissons par la vision des bâtiments dégradés mais aussi par la contribution financière que nous devrons tous apporter pour réparer notre ville après leur passage.

Nous ne pouvons accepter de subir ces exactions et il est nécessaire d’en condamner les auteurs mais aussi d’évacuer le site de Notre Dame des Landes qui constitue leur base d’organisation.

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN