Notre-Dame-des-Landes, pourquoi Ségolène Royal se moque de nous ?

Aéroport Notre-Dame-des-Landes, pourquoi Ségolène Royal se moque de nous ? En quoi est-ce une manipulation politique ?

Ségolène Royal se moque des habitants de l’Ouest. Cela dit, n’y voyez rien de personnel. Elle se moque aussi de la Justice, l’État de droit et la Démocratie. La preuve, en janvier dernier, la Ministre a commandé un rapport à son administration pour remettre en cause le nouvel aéroport du Grand Ouest. En réalité, ce rapport est une manœuvre politique, Ségolène Royal ne cherche pas la meilleure solution, elle cherche l’annulation du projet.

Oui au projet d’aéroport Notre Dame des Landes ! Oui à ce projet porteur pour la région Pays de la Loire !

Réaction de l’ACSAN au rapport remis à la Ministre de l’Écologie

 

« Plus personne ne peut contester le désaveu de l’atelier citoyen et le choix de Notre Dame des Landes» ! 

« L’acsan prend acte du rapport remis à la ministre de l’écologie. Ce rapport confirme et valide les études et expertises antérieures tant sur la croissance constante et soutenue du trafic, comme la saturation de Nantes Atlantique, que sur les nuisances sonores et environnementales sur l’agglomération nantaise. 

Si le rapport confirme que le réaménagement de Nantes Atlantique est possible, il invalide les soi-disant expertises de l’atelier citoyen comme l’a déjà démontré l’ACSAN.

Ce rapport reconnaît que Notre Dame des Landes est le meilleur site pour le transfert et confirme donc la pertinence du choix des élus.

Pour l’ACSAN, la suggestion des experts de ne faire qu’une seule piste à NDDL peut être logique mais elle occulte les raisons fondamentales qui justifient les deux pistes dédiées l’une à l’atterrissage et l’autre au décollage pour limiter le survol des bourgs et hameaux ainsi que le temps de roulage des avions, grâce à l’aérogare entre les pistes, dans une perspective écologique.

C’est bien dans l’intérêt des riverains que l’Etat a pris en compte la demande des élus, notamment du SIVU aéroportuaire et de la CCEG, de limiter au maximum les nuisances sonores sur les populations situées à proximité du futur aéroport. 

Ce rapport est un désaveu de l’atelier citoyen et une confirmation des principes que nous soutenons.