Autres vérités qui dérangent

Avec les survols à basse altitude pour tous les mouvements côté St Aignan de Grand Lieu, les avions agressent le Lac de Grand-Lieu, et ont des effets sur la faune protégée de cette zone Natura 2000. De plus, la présence de nombreux oiseaux dans les zones d’approche ou de décollage des avions aggrave le risque aviaire, de nature à provoquer des incidents sinon des accidents de vol ; l’étude de sécurité réalisée sur le survol du Lac de Grand Lieu fait état d’un risque accru.

La situation de 2007 à laquelle il est fait référence est totalement dépassée. Et il est quasi-certain qu’en cas d’enquête sur le maintien de l’aéroport avec augmentation de ses trafics, un tel projet se trouverait dans une impasse juridique de ce seul fait.

Ce qui protège le lac, c’est la Loi Littoral qui s’applique qu’il y ait ou non l’aéroport, et elle est traduite dans la DTA de l’estuaire, dans le SCoT de la métropole et dans les PLU de Nantes Métropole.

Certes Nantes Atlantique a été un excellent aéroport … en 2011 ; à l’époque ses performances étaient adaptées à son niveau de trafic, avec 3.250.000 passagers ; le seuil de saturation de l’aérogare à 14.000 passagers/jour n’avait alors été dépassé que sur 6 journées.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui et ça le sera de moins en moins à l’avenir.

Avec aujourd’hui 4.400.000 passagers (+35% en 4 ans), ses performances dans l’accueil des voyageurs se sont fortement dégradées : le seuil de saturation de l’aérogare à 14.000 passagers/jour a été dépassé en 2015 sur 135 journées.

L’analyse économique d’un tel projet est basée sur le gain global qu’apportera une nouvelle plate-forme aéroportuaire, plus performante en exploitation, mieux positionnée par rapport à sa zone de chalandise et présentant un bilan environnemental amélioré.

Il est toujours possible techniquement d’augmenter la capacité d’une plate-forme aéroportuaire. Mais comme le montrent les exemples cités, cela a un coût et l’hypothèse d’un transfert peut s’avérer plus efficiente.

Et d’ailleurs, l’immense majorité des grands aéroports européens disposent, lorsque c’est possible, de deux pistes pour les raisons même qui ont conduit à en prévoir 2 à NDDL (cf Le Monde 01/03/2014).

Dans le cas de Nantes, la réglementation concernant les nuisances aux populations constitue l’élément limitant, du fait de l’évolution inéluctable des survols et tout particulièrement des atterrissages au-dessus du bourg de Saint-Aignan de Grand Lieu, de Bouguenais, de Rezé et du cœur de la Ville de Nantes.

Et une vérité qui dérange… les opposants,

au point qu’ils évitent soigneusement de l’évoquer

Le transfert de l’aéroport libère des espaces permettant d’accueillir 15 000 habitants en milieu urbain

Le transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique s’accompagnera de la disparition des règles du Plan d’Exposition au Bruit des aéronefs, le maintien du trafic industriel (Airbus, …) à raison de quelques avions par semaine n’étant pas de nature à nécessiter une réglementation équivalente.

Les espaces les plus proches de la plate-forme pourront être utilisées pour le développement des activités industrielles et de recherche liées à l’IRT Jules Verne.

Le bourg de Saint-Aignan de Grand Lieu, libéré des contraintes réglementaires du PEB et des nuisances constantes subies par les habitants, pourra s’organiser dans le respect des dispositions de la Loi Littoral, et donc sans grande capacité d’accueil de nouveaux logements mais avec une qualité de vie retrouvée.

Mais à l’intérieur du périphérique nantais, ce sont 350ha de zones urbaines qui ne seront plus contraintes par la réglementation de la zone C du PEB qui exclut actuellement toute création d’habitat collectif.

Ces zones sont actuellement soit en attente d’urbanisation, soit urbanisées avec une très faible densité alors qu’elles disposent, avec une ligne de tramway, des équipements collectifs importants et la proximité des zones d’emploi de l’agglomération, d’une capacité à évoluer sur le long terme comme les autres quartiers comparables de l’intra-périphérique.

Ce sont à terme 6.000 nouveaux logements, soit environ 15.000 habitants, qui pourraient ainsi être accueillis dans des conditions optimales conformément aux orientations de développement durable de la métropole.

A défaut de transfert, ces habitants qui seront quoi qu’il arrive à accueillir de fait de la dynamique de la métropole devraient s’implanter en milieu périurbain éloigné, avec des enjeux de consommation d’espaces naturels et de déplacements quotidiens défavorables, que le projet de la métropole s’efforce de limiter.

Le transfert de Nantes Atlantique vers NDDL s’inscrit dans un projet de développement durable, cohérent avec la COP 21 !

Le transfert de Nantes Atlantique vers NDDL s’inscrit dans un projet de développement durable, cohérent avec la COP 21 !

Le Grand Ouest a besoin d’un aéroport performant pour ses connexions avec l’Europe.

Le projet développé en commun avec les deux Régions Bretagne et Pays de la Loire et les deux métropoles de Nantes et Rennes est exemplaire en matière de développement durable, tant en maîtrise de la consommation d’espaces, de protection de l’agriculture, de bilan carbone ou de prise en compte des enjeux environnementaux.

Bâtiments HQE, roulage et temps d’attente des avions diminués grâce au positionnement des 2 pistes, mais aussi urbanisation à nouveau possible au sein de l’agglomération en raison du transfert, ce qui diminuera d’autant les migrations journalières périurbaines qui participent lourdement à la consommation d’énergies fossiles et à l’émission de gaz à effet de serre, ne sont que quelques exemples des effets bénéfiques de cette opération.

Les habitants de Nantes attendent ce transfert depuis des années, et n’acceptent pas les propos des opposants donneurs de leçons. Ce sont les mêmes et avec autant de conviction qui ont prôné le déni du développement aérien puis proposé une piste transversale « facilement réalisable ». Ils continuent désormais sur l’aménagement de l’aéroport actuel malgré le rejet de l’ensemble des contentieux qu’ils ont déposés. Ils leurrent la population et cautionnent dangereusement les zadistes et la zone de non droit qu’ils occupent illégalement.

Il est temps que cesse cette obstruction stérile et que les énergies soient consacrées à bonifier le volet environnemental du chantier de transfert de l’aéroport au sein des instances de suivi.

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN

Comment les opposants à l’aéroport du Grand Ouest leurrent la population

Comment les opposants à l’aéroport du Grand Ouest leurrent la population

 » Protégeons les terres agricoles », « Mettons l’argent public dans les écoles et les hôpitaux », « Aménageons l’aéroport actuel »…

Voilà de beaux slogans des opposants au transfert de l’aéroport que nous pourrions être nombreux à partager mais il faut dépasser ces affirmations sympathiques mais trop simplistes.

Concernant les terres agricoles  :

L’aéroport du Grand Ouest, toutes structures confondues, imperméabilise moins de 150 ha. Le transfert de Nantes Atlantique va permettre de libérer à proximité du centre de l’agglomération nantaise plusieurs centaines d’hectares pour le développement d’activités industrielles et la construction de logements pour plus de 15000 personnes. Quant on sait que l’agglomération nantaise compte plus de 3000 ha de terres en friches, qui ne demandent qu’à être exploitées, et que le manque de logements abordables dans celle-ci fait disparaître tous les ans 214 ha de terres agricoles dans le département, on ne peut qu’en conclure que ce transfert va contribuer à lutter contre la consommation de terres agricoles pour l’extension de l’urbanisation.

Concernant l’argent pour les services publics  :

Dans le contexte actuel, l’argent public se fait rare, c’est la raison pour laquelle l’Etat a choisi de faire financer principalement cet aéroport par le privé au travers d’un contrat aux risques et périls du consortium retenu, tout en se préservant par une clause «  de retour à meilleure fortune  » qui permettra aux collectivités publiques d’être remboursées de leur participation si les résultats d’exploitation sont meilleurs que ceux envisagés dans le plan d’affaire prudent présenté par le concessionnaire. Pour améliorer les services publics il faut donc remplir les caisses de l’Etat. Cet aéroport constitue un moteur essentiel pour dynamiser l’économie du Grand Ouest et booster les recettes fiscales liées à son activité.

Concernant l’aménagement de Nantes-Atlantique  :

Ce n’est qu’un épisode supplémentaire aux précédents puisque les opposants ont successivement condamné ce transfert en prônant la fin du transport aérien en raison de la crise du pétrole et de la disparition progressive des énergies fossiles, puis proposé une nouvelle piste transversale. Ce projet irréaliste, pourtant déclaré réalisable sans contrainte, a disparu aujourd’hui de leur discours. Ils se concentrent désormais sur l’aménagement de la piste actuelle, en proposant des solutions simplistes ignorant toute réalité des travaux de génie civil et des contraintes aéroportuaires.

Ce nouvel épisode est un nouveau leurre car l’incidence de ces propositions condamnerait des communes comme St Aignan de Grand Lieu et pérenniserait le survol du centre historique de Nantes (en le renforçant du fait de la mise en place inéluctable, à terme, d’un système d’assistance pour l’atterrissage dans l’axe de la piste), augmentant encore plus le nombre de personnes concernées par les nuisances sonores et environnementales et le risque d’accident. C’est également oublier que Nantes-Atlantique est situé entre deux zones Natura 2000, oubli étonnant de la part de celles et ceux qui se réfèrent constamment à l’écologie. De plus de tels aménagements nécessiteraient une nouvelle enquête publique et une déclaration d’utilité publique qui, compte tenu des données précédentes, n’a aucune chance d’aboutir.

Autre affirmation des opposants « L’aéroport de Notre Dame des Landes est en contradiction avec la COP 21 »

L’aéroport du Grand Ouest non seulement n’est pas en contradiction avec les principes de la COP 21 mais est au contraire Ecologique. OUI il est ECOLO!

OUI, parce que ce transfert permet de répondre à la première nuisance environnementale d’un aéroport, le bruit!, en la divisant par 50 (moins de 900 personnes impactées à Notre Dame des Landes contre 42000 à Nantes et 80000 à terme).

OUI, parce que le réaménagement sur place pour accueillir 9 millions de passagers en 2065, c’est à dire plus que doubler le trafic, est inenvisageable en raison du survol de Nantes à basse altitude avec une piste dans l’axe du centre ville de Nantes, cas unique en France et en Europe.

OUI, parce que ce transfert permet de concevoir une infrastructure qui divise par 3 la consommation en énergie par passager à travers notamment une conception basse consommation de ses bâtiments qui en fera le 1er aéroport HQE en France.

OUI parce que ce transfert se fera sur une infrastructure disposant de 2 pistes qui permettront de diminuer les temps d’attente en vol et de roulage au sol, synonyme d’économie de kérosène.

OUI, parce que ce transfert se fera sur une infrastructure imperméabilisant moins de 10% de la surface visée par la DUP, 150ha sur les 1650ha, le reste étant composé principalement d’espaces verts et agricoles.

OUI, parce que l’impact environnemental de ce transfert sera totalement compensé par des prescriptions exigeantes, engageantes et selon une approche agro-environnementale.

OUI, parce que le transfert permettra d’éviter le survol du lac de Grand lieu, zone Natura 2000 protégée par la convention internationale RAMSAR sur les zones humides qui rend toute extension soumise à des contraintes juridiques insurmontables.

OUI, parce que toute extension de la piste de l’aéroport actuel serait soumise à la loi littoral du lac de Grand lieu qui interdit toute évolution sur cette plate-forme.

OUI, parce que ce transfert permettra de libérer plusieurs centaines d’hectares autour du site de l’actuel aéroport permettant notamment d’accueillir 5000 emplois nouveaux et de loger plus de 15000 habitants afin réduire le nombre de terres agricoles prises chaque année par une urbanisation trop horizontale.

OUI, parce que ce transfert s’accompagne de la mise en place par le Conseil Départemental de Loire-Atlantique d’une zone de protection des Espaces Agricoles ou Naturels périurbains (PEAN) de 19000ha entre le futur aéroport et l’agglomération nantaise afin de limiter l’étalement urbain, pérenniser l’activité agricole, tout en encourageant l’utilisation de pratiques respectueuses de l’environnement.

Ce transfert est donc un grand OUI à L’ENVIRONNEMENT mais aussi démocratique. Relancé par Dominique VOYNET en 1997 et soutenu depuis par 3 Présidents de la République, 6 Premiers Ministres, 2 Régions, 2 Départements, 4 agglomérations, ce projet a été longuement débattu lors d’un débat public, d’une enquête publique et d’une commission de dialogue en 2012 confirmant la nécessité de ce transfert.

Il s’inscrit par ailleurs de façon équilibrée dans le projet de développement de la métropole Nantes-St Nazaire traduit par le Schéma de Cohérence Territoriale voté en 2007 à l’unanimité par les élus de Nantes Métropole, dont les écologistes.

Ce transfert est aussi un grand OUI au niveau du droit. Le 17 juillet, le tribunal administratif de Nantes a débouté les opposants des recours contre les arrêtés loi sur l’eau et espèces protégées faisant suite à plus de 150 décisions de justice favorables au transfert.

Et que penser de ces groupes minoritaires qui à certains moments prônent l’indépendance de la justice et qui en l’occurrence, à travers cette manifestation, cherchent à faire pression sur le gouvernement pour intervenir auprès de cette même justice, afin de surseoir aux expulsions !

Les habitants de St-Aignan de Grand Lieu, Bouguenais, Rezé et Nantes, qui subissent depuis de trop nombreuses années les nuisances sonores et environnementales et l’insécurité du survol à basse altitude de l’agglomération nantaise, appellent l’Etat à engager dès janvier 2016 les interventions nécessaires pour la construction de cet aéroport.

Dominique BOSCHET,

Président de l’ACSAN

Lettre ouverte à Thomas Sotto

Objet : lettre ouverte suite à votre question sur l’aéroport du Grand Ouest

Monsieur,

Dans la matinale d’Europe 1 de mardi, alors qu’une fois de plus Daniel Cohn Bendit venait de rappeler son opposition dogmatique au transfert de l’aéroport de Nantes, faisant étalage de sa totale méconnaissance du dossier, vous avez interpellé le Premier Ministre sur l’aéroport de Notre Dame des Landes en lui demandant : « il est écolo cet aéroport, vous iriez jusque-là ? »

En complément de sa réponse qui confirme la nécessité de ce transfert, nous vous prions de trouver ci-dessous pourquoi la réponse est évidemment OUI !

OUI, l’aéroport de Notre Dame des Landes est ECOLO !
– OUI parce que ce transfert permet de répondre à la première nuisance environnementale d’un aéroport – le bruit !- en la divisant par 50 (moins de 900 personnes impactées à Notre Dame des Landes contre 42.000 à Nantes et 80.000 à terme).
– OUI parce que le réaménagement sur place pour accueillir 9 millions de passagers en 2065, c’est-à-dire plus que doubler le trafic, est inenvisageable en raison du survol de Nantes à basse altitude avec une piste dans l’axe du centre-ville de Nantes, cas unique en France et en Europe.
– OUI parce que ce transfert permet de concevoir une infrastructure qui divise par 3 la consommation en énergie par passager à travers notamment une conception basse consommation de ses bâtiments qui en fera le 1 er aéroport HQE en France.
– OUI parce que ce transfert se fera sur une infrastructure disposant de 2 pistes qui permettront de diminuer les temps d’attente en vol et de roulage au sol, synonyme d’économie de kérosène.
– OUI parce que ce transfert se fera sur une infrastructure imperméabilisant moins de 10% de la surface visée par la DUP, 150ha sur les 1650ha, le reste étant composé principalement d’espaces verts et agricoles.
– OUI parce que l’impact environnemental de ce transfert sera totalement compensé selon des prescriptions exigeantes, engageantes et selon une approche agro-environnementale.
– OUI parce que le transfert permettra d’éviter le survol du lac de Grand-Lieu, zone Natura 2000 protégée par la convention internationale RAMSAR sur les zones humides qui rend toute extension soumise à des contraintes juridiques insurmontables.

– OUI parce que toute extension de la piste de l’aéroport actuel serait soumise à la loi littoral du lac de Grand-Lieu qui interdit toute évolution de cette plateforme.

– OUI parce que ce transfert permettra de libérer plusieurs centaines d’hectares autour du site de l’actuel aéroport permettant notamment d’accueillir 5000 emplois nouveaux et de loger plus de 15 000 habitants, et de répondre ainsi favorablement, selon un principe de densification urbaine, aux 2000ha de terres agricoles pris chaque année sur le territoire par une urbanisation trop horizontale.

– Oui parce que ce transfert s’accompagne de la mise en place par le Conseil Départemental de Loire Atlantique d’une zone de Protection des Espaces Agricoles ou Naturels périurbains (PEAN) de 19 000 ha entre le futur aéroport et l’agglomération nantaise afin de limiter l’étalement urbain, pérenniser l’activité agricole, tout en encourageant l’utilisation de pratiques respectueuses de l’environnement.

Par ailleurs, nous vous rappelons que Bruxelles a validé ce transfert par la voix de Karl Falkenberg, Directeur Général de l’environnement de la commission européenne le 28 mars 2014 qui a déclaré : « le site de Notre Dame des Landes, situé en dehors de toute zone Natura 2000, abrite des espèces protégées mais qui sont présentes dans beaucoup d’autres endroits en France. Ces espèces seront déplacées avant les travaux qui ne porteront donc pas atteinte à leur survie. La commission a fondé son avis en constatant tant sur la loi sur l’eau, sur les directives habitat ou sur les espèces protégées, qu’aucune infraction de l’Etat français n’avait été constaté. Elle a fondé sa décision sur le respect des législations règlementaires européennes et une évaluation jugée satisfaisante des mesures de compensation ».

Ce transfert est donc un grand OUI environnemental mais aussi démocratique. Relancé par Dominique VOYNET en 1997 et soutenu depuis par 3 Présidents de la République et 6 Premiers ministres, 2 régions, 2 départements, 4 agglomérations, ce projet a été longuement débattu lors d’un débat public, d’une enquête publique et d’une commission du dialogue en 2012 confirmant la nécessité du transfert.

Il s’inscrit par ailleurs de façon équilibrée dans le projet de développement de la métropole Nantes Saint-Nazaire traduit par le Schéma de Cohérence Territoriale voté en 2007 à l’unanimité par les élus de la métropole, dont les Ecologistes.

Ce transfert est aussi un grand OUI au niveau du droit. Le 17 juillet, le tribunal administratif de Nantes a débouté les opposants des recours contre les arrêtés loi sur l’eau et espèces protégées faisant suite à plus de 150 décisions de justice favorable au transfert.

Plus que jamais, pour l’avenir du Grand Ouest mais aussi pour l’affirmation des principes écologiques, démocratiques et juridiques dans notre pays, nous estimons qu’il est grand temps de dire stop à la supercherie des opposants au transfert de Nantes-Atlantique à Notre Dame des Landes et de dire OUI au projet totalement en phase avec les principes de COP21.

Restant à votre disposition pour toute précision complémentaire, nous vous prions de croire, Monsieur, à
l’expression de nos respectueuses salutations.

Le Président

Dominique BOSCHET
Acsan
Mail : acsan.asso@gmail.com

Amalgames et contre-vérités destinés à ceux qui veulent nier l’évidence de la nécessité du transfert de Nantes Atlantique

Les cahiers de l’atelier citoyen

Amalgames et contre-vérités destinés à ceux qui veulent nier l’évidence de la nécessité du transfert de Nantes Atlantique

Pour les habitants de l’agglomération nantaise, les cahiers de « l’atelier citoyen, outils de communication de l’ACIPA et du Cedepa » présentés en réunion publique ce 17 novembre à Saint Aignan de Grand-Lieu, sont constitués, sur l’ensemble des thèmes abordés, d’approximations qui demandent, selon leurs auteurs eux-mêmes, à être vérifiées.

La lecture des rapports issus de cette réflexion met en évidence une manipulation des études disponibles afin de nourrir des conclusions écrites à l’avance.

Sur le plan financier, ils intègrent dans le coût de l’aéroport un pont pour le franchissement de la Loire et le tram-train : ces deux équipements structurants représentent 85% des charges affichées pour les collectivités territoriales.

Quand on sait que près de 80% des utilisateurs de l’aéroport actuel sont situés au nord de la Loire, cette prise en compte d’un nouveau pont est une véritable tromperie, sachant que de toute façon la nécessité de construire un tel ouvrage est sans rapport direct avec le transfert de l’aéroport.

Même constat pour le tram-train qui répond pour 80% de ses trafics potentiels à une problématique plus large de desserte des territoires périurbains du nord de l’agglomération et qui n’est pas principalement liée au transfert.

En terme d’emplois, ils indiquent une perte importante d’emplois dans le secteur sud loire avec ce transfert. Contrairement à ces affirmations, le développement de l’activité industrielle au sud-Loire de l’agglomération nantaise, facilité par le transfert de l’aéroport et le développement de l’IRT Jules Verne, contribuera au développement de l’activité d’Airbus, et se traduira par la création de 5000 emplois nouveaux, tout en permettant à la communauté de communes d’Erdre et Gesvres de bénéficier des 2000 emplois de la plateforme aéroportuaire transférée.

En matière de bruit et de trajectoires, la critique honteuse des études produites par la DGAC, service expert reconnu au niveau européen, ne peut cacher que le maintien en service de l’aéroport de Nantes Atlantique condamnerait de plus en plus d’habitants de l’agglomération à subir les risques et nuisances du trafic aérien, en constante progression, avec un redressement inéluctable des trajectoires au-dessus du centre historique de Nantes et un allongement des zones soumises à la réglementation de protection contre le bruit sous les trajectoires d’atterrissage.

Pour l’aménagement de la piste et de l’aérogare de Nantes Atlantique, les propositions, techniquement contestables et totalement sous-évaluées, nécessiteraient une enquête publique environnementale, qui, du fait de la proximité des zones Natura 2000 de la Loire et du Lac de Grand lieu mais aussi des enjeux de nuisances sonores, n’a aucune chance de se conclure positivement et cela les « porteurs » de ces propositions ne peuvent l’ignorer.

En matière de desserte par les transports publics enfin, l’atelier citoyen semble penser que la proximité d’un terminus de ligne de tram et l’existence de voies ferrées sur le site suffiraient à permettre de créer à faible coût une desserte tramway ou train de qualité.
C’est ignorer les principes de l’économie des transports qui doivent intégrer les enjeux de trafic, les coûts d’investissement et d’exploitation et les contraintes environnementales des secteurs traversés. Il est hasardeux de prétendre que cette desserte soit simple et peu onéreuse : où se situe l’analyse environnementale concernant le thalweg du ruisseau du Chaffault qui sera modifié par cette implantation ? Où se situe la faisabilité technique de la traversée du périphérique combinée au passage sous les lignes à haute tension, dans le couloir d’atterrissage des avions en piste 21 ? Où se situe le bilan socio-économique obligatoire d’un tel prolongement ?
L’actuelle navette routière TanAir, exploitée entre la gare et l’aéroport à une fréquence de 20 minutes et connectée au tramway à Neustrie, accueille plus de 500.000 passagers par an et offre un service de qualité répondant aux enjeux actuels et reconnu par les usagers avec un bilan d’exploitation équilibré.

Sans minimiser l’investissement de celles et ceux qui ont participé à ces ateliers, ces quelques exemples sont le reflet d’un manque réel d’expertise et la présentation de ces données, en particulier sur le plan financier, relève d’une manipulation partiale des chiffres.

Dominique Boschet, Président de l’ACSAN

Le Tribunal Administratif confirme le bienfondé du projet de transfert de l’aéroport de Nantes dans le respect de la Loi sur l’Eau et les Espèces naturelles

L’ACSAN se réjouit de la décision prise aujourd’hui par le Tribunal Administratif qui confirme le bienfondé du projet de transfert de l’aéroport de Nantes dans le respect de la Loi sur l’Eau et les Espèces naturelles. Cette décision va désormais permettre à l’Etat, maître d’œuvre soucieux du respect des procédures démocratiques, d’engager les travaux de l’Aéroport du Grand Ouest.

Cette décision met un terme aux remises en cause, depuis plus de 7 ans par les opposants, de la légalité de ce projet. Faut-il rappeler que ce projet, déclaré d’utilité publique en 2008, a subi de nombreux recours, pour retarder le début des travaux, tous rejetés sans exception.

Cela va enfin permettre de donner la seule réponse cohérente, attendue par les habitants de l’agglomération nantaise qui subissent depuis trop longtemps les nuisances sonores liées au survol en basse altitude de notre ville et les risques de crash d’un avion de ligne, qui sont plus importants au décollage et à l’atterrissage.

Le succès de ce mode de transport qui a largement dépassé les prévisions (4,15 millions de passagers en 2014, +57% depuis 2009) conduit à une augmentation du nombre de survols, malgré un emport qui a évolué, et donc des nuisances sonores, objectivement traduites dans le Plan d’Exposition au Bruit qui touche près de 42000 personnes.

Compte-tenu de cette évolution, ce serait l’arrêt du développement de communes ou secteurs comme St Aignan de Grand Lieu, Bouguenais-les-Couets, Rezé les Isles ou l’Ile de Nantes si la piste était maintenue à Bouguenais.

La mise en œuvre de ce projet est donc incontournable dans l’intérêt des habitants de l’agglomération, tant du point de vue de la qualité de vie que d’un développement urbain cohérent et harmonieux.

C’est également une nécessité plus largement pour le grand ouest pour à la fois lui donner une structure permettant de rompre avec l’isolement de notre région en Europe mais aussi pour favoriser son développement économique.

L’aéroport du Grand Ouest avec RAISON

Communiqué de presse

Nantes, le 23 février 2014

L’aéroport du Grand Ouest avec RAISON

Ils ont tenu parole les enragés de la ZAD qui menacent, saccagent et détruisent, ce sont leurs arguments. Ils l’avaient annoncé, lors d’interviews dans lesquels ils annonçaient une stratégie de « sabotage ». Cela dure depuis de nombreux mois contre les entreprises qui travaillent sur ce site. L’apothéose a eu lieu ce samedi lors de la manifestation à Nantes qui a mis à sac de nombreux quartiers.

Réagissons fortement contre ces menaces et ces pressions : CA SUFFIT !

Il est grand temps d’évacuer celles et ceux qui occupent illégalement le site du futur aéroport et condamner les responsables de ces exactions. Ce n’est pas avec de tels opposants qu’un dialogue est possible malgré toutes les tentatives du gouvernement pour aller dans cette voie.

QUE VOULONS-NOUS?

PLUS D’EMPLOIS ! Pour cela il faut encourager tout ce qui peut contribuer au développement économique. L’aéroport du Grand Ouest est une réponse pour notre région, et les chefs d’entreprise ne s’y trompent pas et soutiennent avec conviction ce projet.

Vivre dans un pays de DROIT et le respect de la DEMOCRATIE. Le transfert de l’aéroport a respecté la longue procédure démocratique, tous les recours des opposants ont été rejetés tant par les instances juridiques françaises, qu’européennes, les élections successives dans notre région n’ont fait que conforter les projets en faveur de ce transfert. Comment comprendre que certains, comme José Bové, exigent le respect strict de ce principe, quand il s’agit de l’écotaxe, et combattent celui-ci pour le transfert de l’aéroport

Protéger notre environnement et lutter contre les gaz à effets de serre. Le transfert de l’aéroport est de ce point de vue un formidable moyen de lutte contre l’étalement urbain, principal responsable de ce phénomène. En effet, il permettra de rendre constructible une zone importante incluse dans l’agglomération et limitera de ce fait l’exode de population. L’étalement urbain est également mangeur de terres agricoles sur une échelle sans commune mesure avec l’implantation du futur aéroport. De plus des destinations actuellement disponibles qu’à partir de Paris pourront se développer sur cet aéroport du Grand Ouest et limiter ainsi les déplacements pour s’y rendre.

Conserver un équilibre entre zones urbaines, zones agricoles et zones protégées. Nous y sommes tous sensibles. Les Schémas de Cohérence Territoriales y veillent et le projet prend en compte cette dimension. La mise à disposition de terres agricoles pour compenser celles réquisitionnées pour l’aéroport, la protection de sites Natura 2000, et notamment celui du lac de Grand Lieu, et la création d’un périmètre d’étude des espaces agricoles et naturels périurbains de 17000 ha, protégés par la loi, sont quelques unes des nombreuses mesures prises dans cet esprit. La protection de la faune et de la flore par le déplacement d’espèces sur des zones réaménagées, malgré l’opposition et la destruction de « zadistes », contribue à conserver l’équilibre du site.

Respecter la loi sur l’eau et la biodiversité. Les recours des opposants ont été rejetés par les instances européennes. Le projet prévoit une démarche explicite de compensation des zones humides (mares…), de protection et d’amélioration de la qualité de l’eau, cet engagement sur la qualité constitue une réelle innovation dans ce domaine.

Reconnaissons-le, les manifestants étaient nombreux samedi à Nantes. Une bonne partie d’entre eux est sincère et soutenait des slogans qui séduisent, mais trop réducteurs pour être véritablement objectifs. Les opposants surfent sur des images, des amalgames quand ce n’est pas, pour certains leaders, sur des mensonges ou au moins des omissions.

Les exemples sont nombreux dans ce domaine. Un seul pour faire court : Jean Vincent Placé, sénateur europe écologie les verts, donc a priori élu respectable dont les propos sont évidemment rigoureux et appuyés sur une bonne connaissance du dossier. Quelques extraits de ses propos : « NDDL, zone particulièrement fertile », c’est bien la première fois que les landes sont considérées comme fertiles, cela devrait faire sourire les agriculteurs.

« On a déjà 144 aéroports, pourquoi un 145ème ? », la mauvaise fois est évidente puisque l’amalgame volontaire entre les petits aérodromes et les grands aéroports donnent une image artificielle de surabondance, l’idée « d’un aéroport de plus » est fausse puisqu’il s’agit bien du transfert de l’aéroport actuel. Les ficelles sont un peu grosses mais touchent le public éloigné qui ne connaît pas le dossier.

Alors plus de raison et d’objectivité sont nécessaires pour continuer la réalisation de cet aéroport indispensable pour l’avenir économique du Grand Ouest, zone trop excentrée en Europe.

Dominique BOSCHET

Président de l’ACSAN